presse

Matériel promotionnel

Bio:

Depuis son enfance en Abitibi, Éric Gauthier adore les histoires étranges. Informaticien défroqué, il se plaît maintenant à raconter sur scène et sur papier. C’est en 1999 qu’il a répondu à l’appel du Sergent recruteur et ses Dimanches du conte; depuis, il est allé conter jusqu’en France et au Yukon. On le reconnaît à sa manière de présenter la vie moderne dans tout ce qu’elle a de fantastique, de drôle et de déroutant. Ses écrits et ses contes lui ont valu plusieurs prix, dont le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois. Après son recueil de contes Feu blanc (Planète rebelle, 2009) et son ambitieux roman Montréel (Alire, 2011), il propose un nouveau roman, La Grande Mort de mononc’ Morbide (Alire, 2015), qui met en évidence sa voix de conteur et son style singulier. Il habite maintenant Sherbrooke où il poursuit sa chronique de l’insolite. Pour en savoir plus: ericgauthier.net.

Vous pouvez aussi consulter mon parcours en tant qu’écrivain et conteur.

Bibliographie: (fichier PDF)

Photos:

Cliquez sur une photo pour obtenir la version haute résolution. Notez bien: toutes ces photos sont l’oeuvre de Jean-François Dupuis – prière de le spécifier si vous en utilisez une.

Écrivez-moi si vous désirez des versions en résolution plus élevée encore. J’ai aussi d’autres photos à ma disposition.

Citations

“Un jeune doué. Il est de ces conteurs mutants qui inventent leur matière en puisant à toutes les formes de récits, fictions médiatiques, légendes urbaines, contes traditionnels.”
— Anne Dupuis, Spirale #192 (lisez l’article complet en PDF: “Le conteur, l’auditoire et les trucs du métier”)

“C’est ainsi que Gauthier structure ses contes, en réunissant les principes d’un espace-temps (la vie des étudiants de nos jours) à un autre espace-temps (le mode de vie tribale, l’oralité).”
— Nicolas Tremblay, Lettres québécoises #112 (lisez l’article complet en PDF: “Des histoires à raconter”)

“Non contents de ressusciter l’oralité traditionnelle, les jeunes conteurs en renouvellent les formes pour l’adapter aux thèmes contemporains. Un de ceux-là, Éric Gauthier, a aussi réussi à transposer tout son humour et son inventivité dans son premier roman, Une fêlure au flanc du monde. Son héros, Malick, c’est l’anti-Harry Potter.”
— Martine Desjardins, L’actualité

“Éric Gauthier, qui a publié ses deux premiers textes en 1999, a remporté pour la deuxième fois le prix Solaris l’an dernier grâce à sa nouvelle de science-fiction ‘Feu sacré’. Même s’il s’aventure ici dans un autre genre, on reconnaît son écriture simple et efficace, son humour léger et, surtout, sa façon inimitable de nous balancer, mine de rien, une petite morale qui témoigne de sa lucidité tranquille.”
— tiré du communiqué annonçant la remise du Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois

Vous pouvez aussi consulter la revue de presse de mon roman Une fêlure au flanc du monde.

Entrevues

Veuillez faire parvenir toutes demandes d’entrevues à mon agente.