Bienvenue au Fine Stay Inn!

Je vous en avais parlé l’an passé et voici que la chose se concrétise: j’ai écrit une nouvelle histoire, « Fine Stay Inn », que vous pourrez lire dans la troisième anthologie de la Maison des viscères. Le livre paraîtra en avril (en versions papier et numérique) et se trouve présentement en prévente. J’en parle plus en détail sur Fractale Framboise.

Quoi de neuf sinon? On fait appel à moi de plus en plus pour des consultations individuelles et des formations en écriture. J’effectue d’ailleurs une visite-éclair en Abitibi cette fin de semaine pour y donner une formation d’une journée. (Le long trajet en autobus, pour moi, fait partie de l’attrait de cette expédition. Ça donne le temps de réfléchir…) Je reviens aussitôt pour livrer un conte écrit sur mesure pour un client. J’apprécie toujours ce genre de défi, même si ça m’amène souvent à produire des textes que je ne peux pas partager avec vous.

Heureusement, les histoires ne tarissent pas. Le prochain roman s’en vient, il y a du réel progrès de ce côté-là. Je vous annoncerai la date de parution dès que je l’aurai. En attendant, je peux vous confirmer le titre: ça s’intitulera La Grande Mort de mononc’ Morbide. Je vis avec le mononc’ et son entourage depuis un bon bout déjà. J’ai hâte de vous les présenter.

Mots-clefs : Laisser un commentaire

L’année débute à Montréal

2015. Ça s’en vient. Je commence à me faire à l’idée. J’envisage de nouvelles publications, de nouveaux projets, de l’expérimentation autant que possible. Tout d’abord, je passerai à Montréal en janvier pour donner deux spectacles:

8 janvier 2015: en duo à Montréal

Pour bien débuter l’année, je participerai aux soirées du Balai des conteurs. J’y partagerai la scène avec Kevin Gravier qui donne lui aussi dans le contemporain, voire l’anticipation. Ce sera le jeudi 8 janvier à 19h30 au café La Récréation (404, rue Ontario Est, Montréal); entrée libre (contribution volontaire).

9 janvier 2015: L’année du grand Frette à Montréal

Je serai au programme du Bal des ménestrels avec mon spectacle solo L’année du grand Frette:

Une adolescente incandescente. Son petit frère aux poings fermés. Un ours qui ne veut pas hiverner. Une drôle de petite ville perdue parmi les épinettes noires, boudée par la gloire. Voilà que le grand Frette vient s’y installer, dans une petite maison blanche que personne n’a vu construire… Au casse-croûte, on en jase, et Georgette vient de poser sur le comptoir un café fumant qui n’attend que vous.

Le vendredi 9 janvier à 19h30 au 7184 avenue de Lorimier; contribution suggérée de 10$.

D’ici là, je vous souhaite un chaleureux, réjouissant et reposant temps des Fêtes.

Mots-clefs : Commentaires fermés

À cheval entre deux mondes

Un défi, d’abord: comme l’Halloween approche, le blogue Fractale Framboise vient de se transformer en Fractale Citrouille. Pour l’occasion, nous invitons les gens à y lire et partager des histoires effrayantes en 31 mots exactement. Oserez-vous?

C’est demain que débutent le Salon du livre de l’Estrie ainsi que le festival Les jours sont contés. Et comme je le fais souvent, écrivain et conteur, je participerai à l’un comme à l’autre:

17 au 19 octobre 2014: Salon du livre de l’Estrie

Vous pourrez me rencontrer au Salon du livre de l’Estrie aux heures suivantes:

  • vendredi 17 octobre: 19h à 20h30 (stand Alire)
  • samedi 18 octobre: 11h à 12h, puis 13h30 à 15h (stand Alire); 15h30 à 16h30 (stand Planète rebelle)
  • dimanche 19 octobre: 11h à 12h, puis 13h30 à 15h (stand Alire)

Consultez le site du Salon pour en savoir plus sur le lieu, le coût d’entrée, etc.

24 octobre 2014: Les jours sont contés à Lennoxville

La programmation du festival de conte Les jours sont contés est maintenant disponible. J’aurai le plaisir de partager la scène avec Jean-Sébastien Dubé et Didier Kowarsky, le vendredi 24 octobre à 17h à l’Espace 100 noms (170, rue Queen, Sherbrooke — secteur Lennoxville). L’entrée sera libre et le micro aussi, une fois que nous aurons livré nos histoires. Libre à vous, donc, de nous en apporter d’autres…

Mots-clefs : , , , Commentaires fermés

Sur scène cet automne

C’est avec l’automne que je sors de ma tanière… Mon calendrier de spectacles et autres présences commence à s’étoffer. Dans les prochaines semaines, je vous propose un solo à Saint-Hubert et un cabaret littéraire à Sherbrooke. Et si vous êtes à Sherbrooke, notez aussi qu’on peut écouter le Cercle des conteurs des Cantons-de-l’Est (ainsi que de braves volontaires au micro libre) à l’Arbre à palabres (147, rue Wellington Sud), le deuxième mardi de chaque mois. J’y conte parfois; je me décide souvent à la dernière minute. Suivez mon fil Twitter et vous saurez…

Et pour ceux qui voudraient apprendre: je donnerai un atelier sur l’écriture de contes en février 2015. Vous pouvez vous inscrire dès maintenant. Le lieu de la formation sera choisi en fonction des participants et je crois que vous pourrez vous faire rembourser vos frais de déplacement. Les détails de la formation se trouvent sur le site du Regroupement du conte du Québec (deuxième moitié de la page).

30 septembre 2014: Feu blanc à Saint-Hubert

J’irai faire un tour sur la Rive-Sud pour présenter mon spectacle solo Feu blanc:

Ça commence par un coup de fil, un coup de tête, un coup de lune… il n’en faut pas plus pour se retrouver sur la face cachée de l’existence. Pendant qu’un douanier quitte son poste pour vivre sans attaches, un programmeur s’attelle à son travail pour se payer un mariage qu’il redoute; l’un change de vie et l’autre change le monde. Un pauvre type voit sa vie gouvernée par son téléphone. Une pieuvre et une fourmi plus grandes que nature se penchent sur le sort des humains. Leurs histoires passent par le rire, la misère, l’amour, la folie — passagère ou non. Éric Gauthier, conteur de l’insolite, vous invite à découvrir ces gens qui entrent dans la légende en prenant pour phare le feu blanc de la lune.

Ce sera le mardi 30 septembre 2014 à 19h dans le pavillon du parc de la Cité (6201, boulevard Davis) à Saint-Hubert (Longueuil). L’entrée est libre mais il faut vous inscrire au 450-463-7100, poste 4022.

9 octobre 2014: le retour des cabarets Lis ta rature

Les cabarets Lis ta rature proposent des lectures d’auteurs estriens et offrent aux spectateurs d’écrire à leur tour, sur place, et de lire leurs créations. Ça vaut toujours le détour, pour les performances et pour l’ambiance. J’aurai le plaisir d’y participer à nouveau cet automne, sous le thème « Retour à la terre », en compagnie de Jorane, Camille Beauchamp-Lefebvre, Benoit Huberdeau et Michèle Plomer. Le jeudi 9 octobre à 20h au Centre de diffusion ArtFocus, au 94, King Ouest, à Sherbrooke; entrée libre.

Commentaires fermés

Encore quelques mots pour vous

Solaris 191L’écriture a ses élans et ses creux de vague, ses phases, ses caprices. Depuis quelque temps, je me consacre à des textes longs et, en même temps, on m’en commande des courts. J’en avais écrit deux pour le cabaret « Lis ta rature » à Sherbrooke, sous le thème « Mise en demeure ». J’ai relu l’un d’eux au congrès Boréal et il vient de paraître dans le nouveau numéro de la revue Solaris sous le titre « Pour une littérature hors-la-loi ». J’y imagine les futurs problèmes légaux que devra affronter la littérature. Je vous le dis tout de suite: c’est un peu la faute de George R. R. Martin. Le texte est plutôt fantaisiste mais il y a un fond de vrai, comme c’est souvent le cas pour mes contes. Avec un peu de chance, vous trouverez Solaris #191 en librairie. Sinon, vous pouvez le commander ici (abonnez-vous par la même occasion, la revue en vaut la peine). C’est un joli numéro: je laisse Laurine Spehner vous en présenter les illustrations.

Et si le papier ne vous suffit pas, si l’envie vous prend de me voir et de m’entendre, vous pouvez me regarder conter « La vanette du futur » dans sa totalité, sans même avoir à vous lever. Vous trouverez la vidéo sur ma page « voix / images ». Dans ce cas-ci, comme c’est le cas pour toute bonne histoire de chasse, vous comprendrez que tout est vrai, du début à la fin…

Commentaires fermés

Nouvelles histoires

2014 est pour moi une année d’écriture, surtout. Les mots s’accumulent, se recombinent, se transforment, et enfin il y en a qui commencent à sortir dans le vaste monde…

J’ai complété une nouvelle intitulée « La langue du voisin »; elle est maintenant disponible dans le numéro 190 de la revue Solaris. Elle commence tout simplement, avec un voisin un peu étrange, mais elle mène loin… Le nouveau Solaris devrait se trouver en librairie, mais s’il se fait rare, vous pouvez aussi le commander en version papier ou numérique.

J’ai aussi écrit une histoire plus longue qui paraîtra, c’est maintenant officiel, dans la prochaine anthologie de la Maison des viscères. La Maison publie surtout des romans d’amour courtois empreints d’une douce fantaisie… non, sérieusement, la Maison se spécialise dans l’horreur franche, voire extrême ou… démente. Démente comme dans « bizarro », un genre littéraire qui piquait ma curiosité depuis quelque temps déjà. Le bizarro, en gros, se veut l’équivalent littéraire de ces films cultes qui vous décapent le cerveau par leurs images étranges et leur logique tordue. De l’horreur, souvent, oui, mais aussi du surréel, de l’humour absurde… Bref, il fallait que j’essaie ça. Ai-je réussi à pondre un véritable texte bizarro? Difficile à dire, mais je me suis amusé. Ça s’appelle « Fine Stay Inn » (pour l’instant, du moins) et c’est une histoire d’hôtels. Je vous en reparlerai quand je saurai quand le livre paraîtra: possiblement cette année, mais rien n’est confirmé pour le moment. J’ai hâte qu’il sorte: pour vous offrir cette nouvelle histoire, mais aussi pour que je puisse lire les contributions non moins tordues des deux autres auteurs de l’anthologie, Dave Côté et Guillaume Voisine.

Quoi d’autre? J’ai trois courts textes en préparation: au moins un devrait paraître en revue cette année. J’ai une foule d’idées qui mijotent encore. Surtout, je travaille sur deux romans (l’un étant beaucoup plus avancé que l’autre). L’écriture de romans étant ce qu’elle est (longue et capricieuse, pour moi du moins), je n’en dirai pas plus avant d’avoir une date de parution à vous annoncer… mais j’écris, j’écris.

Commentaires fermés
  • archives
    du blogue
  • par catégorie

  • par mois